France Catholique parle des Antigones

Billet pour un avenir incertain par Denis LENSEL

Ces jours-ci, des « Antigones » inattendues ont demandé comme « un droit élémentaire et un devoir fondamental » à pouvoir être des femmes « à part entière » dans notre société idéologisée à l’extrême. Selon elles, « la femme a sa dignité, et celle-ci ne passe pas par l’exhibitionnisme et l’hystérie », mais, disent-elles, « par notre sagesse, notre calme et notre détermination à bâtir notre avenir ». Cela « loin de toute considération politique ou confessionnelle », mais en rejetant tout sectarisme et tout nihilisme. Elles se réclament de l’idéal multiséculaire de l’Antigone de la sagesse grecque antique : « Je suis née pour partager l’amour, et non la haine », disait l’héroïne de Sophocle.

De la sorte, elles ont voulu notamment apporter une réplique appropriée aux « Femen » qui ont multiplié ces derniers mois en France et à l’étranger les manifestations sacrilèges et les provocations dégradantes contre la famille et contre la civilisation judéo-chrétienne. Jouant sur le voyeurisme médiatique, les Femen ont combiné agressions et exhibitions seins nus, jusqu’à l’intérieur de Notre-Dame de Paris, avec de puissants soutiens financiers et… une troublante indulgence de la police de l’Etat-PS, qui les protège bien plus qu’elle ne les refoule…

Plus d’une centaine de courageuses « Antigones » en robes blanches ont voulu entrer en dialogue avec les « Femen » dans Paris fin mai, mais des dizaines de CRS leur ont bloqué le passage… Alors, par le canal – encore libre – d’Internet, les Antigones ont bravé l’interdit des petits Créons de l’Etat-PS, et ont quand même adressé un message aux Femen à nouveau retranchées derrière des barrages de police : « Femen, vous affirmez que la condition de la femme se défend seins nus, nous répondons qu’elle se défend dans la dignité. Vous affirmez que la religion est une aliénation, nous pensons que pour beaucoup d’entre nous, c’est le chemin de la liberté et de la réalisation de soi. Vous combattez les hommes, nous affirmons que ce n’est qu’avec les hommes que nous serons femmes à part entière. Vous réclamez l’égalité des sexes, nous affirmons que c’est la complémentarité entre les hommes et les femmes qui fait la richesse de notre société. »

Et les Antigones ont lancé ce double défi à la tyrannie de l’argent et de la force sauvage : « Femen, vous êtes payées, mais la cause de la femme ne se marchande pas. Vous vous affirmez par l’outrage et la violence, nous agissons ensemble avec calme et détermination. »

Les Antigones reprochent aux Femen de se laisser « instrumentaliser » par « des méthodes dégradantes qui réduisent la femme à n’être qu’un corps ». Et elles souhaitent « l’arrêt des subventions directes ou indirectes » à cette organisation internationale opaque, et « la fin de l’immunité » dont bénéficient bizarrement ces agitatrices autoproclamées « sextrémistes », et « que la Justice de notre pays n’a jamais placées ne serait-ce qu’en garde à vue pour toutes leurs actions ».

Ce sursaut des « Antigones » intervient à la suite du phénomène des « Veilleurs » désormais connu et enraciné. Il semble s’inscrire, avec une nouvelle originalité, dans le puissant courant de défense de la famille et de l’enfance de cette année 2013, face à l’entreprise globale de destruction entamée sous l’égide d’une oligarchie irresponsable, injuste, lâche, brutale et cynique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *