Journée contre les violences faites aux femmes 2016

Le 25 novembre est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. C’est l’occasion pour notre mouvement féminin de vous proposer quelques réflexions en ce sens. Les Antigones n’abordent pas cette journée sous l’aspect victimaire qu’elle peut comporter : à notre échelle, nous voulons être actrices de cette lutte contre les violences. Elles doivent être dénoncées, les coupables punis ; les mécanismes sociaux qui les engendrent doivent être désamorcés.

La question des violences physiques est un terrain de lutte de premier plan ; si les femmes font figures de cibles privilégiées des violences physiques, elles n’en sont pas toutefois les seules victimes, ni les hommes les seuls coupables. Les Antigones profitent également de cette date symbolique pour aborder les violences économiques et sociales qui touchent spécifiquement les femmes : toutes les violences ne sont pas physiques.

Nous avons abordé l’an passé les violences faites aux mères : GPA, travail le dimanche, avortement. En 2013, nous avions organisé une Petite marche des femmes contre les violences, dénonçant la réforme pénale, les commerces du corps, le congé maternité et la baisse du quotient familial. Cette année, nous dénonçons les violences faites aux femmes dans leurs corps, avec notamment la question de la prostitutionle cyberharcèlement, et la notion fallacieuse de féminicide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *