6 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Luug

    c’est bien connu, Antic..s, Camus était un con. Pourquoi tant de haine en vous ? La vie a-t-elle été injuste avec vous ?
    Que vous ont fait ces jeunes femmes ? Leur reprochez vous d’exister, de s’exprimer sans violence, contrairement à vous ?

    Merci pour votre explication d’une très grande profondeur d’esprit. La poule, la dinde, quelle intelligence, quelle fulgurance intellectuelle !
    On préfère vous prendre au premier degré et vous objecter que ces animaux contrairement à l’être humain n’ont pas de conscience. Peut-être n’avez vous pas passé votre bac philo ?
    Je n’ose imaginer que vous vous exprimez au 2nd degré et que vous adoptez le comportement et le vocabulaire des machos les plus primaires. Un esprit aussi élevé que le votre, apôtre du camp du Bien, ne saurait descendre aussi bas…

  2. 2
    Nicolas

    Bonjour,

    Il me semble relativement malhonnête d’extraire une citation de son environnement textuel afin de la « commenter » pour elle-même. Tout cela sans même permettre au lecteur d’en retracer l’origine.

    Même sans approuver ces théories (les études genres), vous pourriez tout de même prendre la peine d’y regarder d’un peu plus près. Elles reposent sur des études historiques, biologiques, neurobiologiques ou sociologiques très poussées que l’on ne saurait réduire à cette seule citation. Libre à vous de traiter de « con » un corpus théorique de plusieurs milliers de pages, mais faites au moins ça sérieusement…

  3. 3
    Leopold

    Les soi disant « études » pour prouver la theorie du genre n’existent pas. Elles n’ont aucune valeur dans la communauté scientifique et sont une invention médiatique pour detruire encore plus la civilisation (étude valable: celle du dott Regnerus, uni du Texas) Ca ne sert plus à rien de discuter; nous devons résister, riposter et reconstruire. On ne lâche rien. Pax vobiscum.

  4. 4
    Gaya

    A vrai dire je ne comprends pas bien ce billet. Vous mettez une citation de Camus sans contexte (comme l’a fait justement remarquer Luug) et je suppose qu’elle appuie votre idée qui semble être contre la théorie du genre – je prends les guillemets du titre comme un indice péjoratif. Mais aucune explication ne vient réellement appuyer cette interprétation.
    Ce qui me fait pourtant penser cela c’est quelques mots dans la vidéo que vous adressez au Femen. Je me permets d’y faire référence ici, car je rapporte ces mots à votre pensée « contre » la théorie du genre.
    Tout d’abord je souhaite préciser que je ne suis un homme et que je ne suis pas particulièrement pro-Femen. Je trouve que leur méthode n’est pas bonne, et ne défend pas bien les femmes ou le féminisme, les faisant passer pour des hystériques qui prennent part à tout et n’importe quoi. Je le trouve à vrai dire aussi stupide que le mouvement de « La Barbe » dont les actions « coup de poing » sont vraiment ridicules… Mais à chaque fois, et c’est aussi ce que je déplore chez vous, jamais un seul mot sur Simone de Beauvoir, qui a été parmi les premières à défendre les femmes dans leur intégrité, dans leur humanité, elle a été la première à montrer comment la femme pouvait être à l’égal de l’homme.
    Mais elle a surtout dit « On ne naît pas femme : on le devient » (phrase qu’elle reconnaît elle même comme un résumé de sa pensée, non pas un résumé exhaustif, mais qui contient surement ce qu’il y a de plus important dans sa pensée). Ce sont les premiers mots du deuxième tome du Deuxième sexe. En cela elle suit son compagnon, Sartre, sur les traces d’un existentialisme qui construit l’Homme non pas seulement en fonction de son sexe, c’est à dire de ses organes génitaux, mais du sexe de sa pensée, de sa « sexualisation » pourrait-on dire. Rien ne m’empêche, moi, aujourd’hui de me penser femme, ou de me penser au moins au féminin, même avec un pénis. Alors bien entendu « Nous habitons notre corps avant de le penser », un enfant de 5 ans ne comprendrait pas bien l’enjeu ontologique de la pensée de Beauvoir, mais non nous ne sommes pas seulement nos organes génitaux. Et pourtant c’est ce que vous semblez penser, aussi, dans votre vidéo : « Femens […] vous combattez les hommes, nous vous répondons que ce n’est qu’avec les hommes que nous serons femme à part entière. Femens vous revendiquez l’égalité entre les sexes, nous vous répondons que c’est la complémentarité entre les hommes et les femmes qui fait la richesse de notre société ». Vous exposez clairement deux pensées différentes, mais qui sont aussi stériles – voire stupides – l’une que l’autre. Face à un féminisme radical qui veut prôner une domination féminine (c’est en tout cas la volonté que vous attribuez aux Femens) vous exposez une pensée biologiste et fixiste : une femme est une femme, et elle doit allez avec un homme, dans une pensée de complémentarité « sexuelle ». Mais toutes deux, et bien d’autres groupes, mouvements ou associations, vous vous trompez. Les Femens parce qu’elles veulent inverser une domination qu’elles identifient comme étant au service des hommes (ce en quoi elles n’ont pas forcément tort), et vous vous semblez vouloir garder une société qui n’est plus du tout en phase avec son temps. Le temps de la stigmatisation des personnes qui ne se sentent pas à l’aise avec leur corps, avec leur sexe, est terminé. Attention je ne dis pas que vous stigmatisez des personnes, mais je dis que vouloir nier ce qui est une théorie, c’est à dire un domaine de recherche, au même titre que la physique quantique par exemple, vouloir refuser la théorie du/des genre(s) est stupide. Etre contre est stérile ! C’est simplement une vision des choses, qui je pense en plus est une vision juste. L’Etre Humain n’est pas voué à rester ce que son corps lui dit d’être, sinon nous serions restés à l’état de nature, et la médecine n’aurait pas lieu d’être ; l’Etre Humain est voué à se transcender, c’est à dire à se surpasser, pour atteindre une nouvelle dimension de son être. Vous ne pouvez pas nier la population transexuelle qui existe aujourd’hui, ni toutes les personnes, qui sans changer de sexes, ne se considère pas seulement à travers ce que la nature à bien voulu leur donner. Parfois la nature se trompe, et essayer de vivre autrement que ce que la société et la nature nous ont prescrits dès l’enfance, c’est justement ça être « un Etre Humain ».
    Voilà le gros reproche que je vous fais, ainsi qu’à bon nombre de « mouvements » féministes, c’est de manquer de connaissances et de philosophie. Vous voulez citez un philosophe, très bien c’est votre droit, mais soyez vous-même philosophes, posez-vous des questions !

  5. 5
    Linmark

    Le théorie du genre n’existe pas et est un homme de paille utilisé par les anti. Il existe une variété d’études portant sur le genre mais c’est encore un champ de recherche, avec des propositions et suggestions et positions diverses, et non une idéologie fixe ou à combattre. Ce qui n’empêche pas les réactionnaires de le porter en ennemi à combattre (et souvent utilisé en anglais pour faire croire à une invasion de l’étranger).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *