J’aime être une femme – Sara

 

Si vous aussi vous voulez témoigner des raisons pour lesquelles vous aimez être une femme envoyez-nous votre texte à contact@lesantigones.fr

Aujourd’hui, dans nos sociétés qui nous affirment que nous pouvons, au nom de notre bonheur individuel, choisir aussi bien notre identité sexuelle que la couleur de notre chemise, j’ai la profonde conviction qu’au contraire, être pleinement épanoui(e) revient à accepter le corps dans lequel nous sommes nés.

Je n’ai jamais été aussi heureuse d’être une femme que depuis que j’assume pleinement de l’être et que je vois dans la féminité, non pas une faiblesse construite socialement, mais une réelle force et un don octroyé par la Nature. Nous portons la Vie, nous sommes les dépositaires de la Beauté du monde, nous sommes les garantes de la Transmission, nous sommes les gardiennes du Lien qui manque cruellement à nos sociétés atomisées. Nier la femme et nier son identité, c’est annihiler une source de richesse pourtant vitale à l’humanité.

C’est depuis que j’ai conscience de la mission précieuse qui nous est attribuée que j’ai appris à aimer être une femme. Rejoindre les Antigones y a largement contribué. Nous célébrons ce qu’il y a d’unique chez la femme et chez l’homme, parce qu’au fond, ces différences nous structurent et, que dans un monde qui les perçoit comme relevant de l’inégalité et de l’aberration, il convient plus que jamais de les protéger.

Brouiller les pistes entre différences sexuelles, comme s’il y avait un lien de cause à effet entre distinctions et inégalités, c’est se priver d’un levier essentiel pour changer en profondeur notre société qui a tant besoin de se repenser. Être une femme et être heureuse d’habiter ce corps, c’est aussi se satisfaire et reconnaître l’idée que notre humanité est partagée et se déploie différemment chez un homme et chez une femme.

Je suis heureuse d’être une femme parce que j’accueille humblement mon identité sexuelle comme telle et comme un don, sans me poser de questions, en acceptant et en étant reconnaissante envers ce qui m’a été donné. Plus simplement, j’aime être une femme, parce que contrairement à ce que le mantra de la pensée dominante nous assène, pleinement l’être ne m’a jamais empêchée de réaliser quoi que ce soit.

Sara, Antigone à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *