Blog

Le 8 mars, une journée des droits de la femme ?

Les Antigones rappellent, en ce 8 mars, que les femmes ne sont ni une minorité opprimée, ni un groupe à part au sein de la population, ni un problème de société. Les femmes constituent 50 % de la société. Elles ne sont pas LA femme, mais les femmes: filles, mères, seules ou mariées, salariées, chefs d’entreprise, françaises, étrangères, de la caissière à l’artiste en passant par la sage-femme ou la mère qui élève ses enfants à plein temps. La prise en compte des droits spécifiques des femmes doit se faire dans chaque ministère, chaque fois qu’il y a lieu de considérer les problèmes spécifiques posés par la sexuation des administrés.

La loi-cadre Egalité Femmes-Hommes, un projet inquiétant

Le « projet de loi-cadre Egalité Femmes-Hommes » a été adopté en première lecture au Sénat et à l’Assemblé. Internet s’est enflammé et les articles se sont multipliés ; certains pour saluer, d’autres pour dénoncer la réforme du congé parental et la suppression de la notion de « détresse » de la loi sur l’avortement. Quel que soit leur point de vue, ces articles ne reflètent pourtant pas l’ensemble des bouleversements que représente ce projet de loi. L’intitulé du projet lui-même – « loi-cadre Egalité Femmes-Hommes» – devrait pourtant interpeller à plus d’un titre les oreilles averties.

Lorsque le mot « Égalité  » ne veut plus rien dire

A tous ceux qui brandissent « l’Égalité » comme argument d’autorité, nous pouvons aujourd’hui demander « mais de quelle égalité parlez-vous ? ». Il existe plusieurs façons de concevoir l’égalité en France, parmi lesquelles un nouveau concept apparu dans la loi Égalité Femmes-Hommes: l’égalité dite « intégrée ». Nous connaissions l’égalité devant la loi, nous connaissions l’égalité de fait, mais qu’est-ce qu’une égalité intégrée ? 

[Mise au point] Les Antigones face aux Femen

texte_femen_080214

Les Antigones sont nées d’une confrontation. Face à la violence extrémiste du groupe FEMEN, et à la complaisance du gouvernement à leur égard, nous avons voulu faire entendre la voix des femmes qui sont ignorées.

Guerre des sexes, instrumentalisation du corps au service d’une idéologie nihiliste et individualiste, violence de l’action et de la parole – l’image de la femme que représente FEMEN est aux antipodes de ce que nous sommes et voulons transmettre.

Petite marche des femmes contre les violences

Dimanche dernier, le 24 novembre 2013, s’est déroulée à Paris notre Petite marche des femmes contre les violences. Le rendez-vous a débuté par une explication d’Iseul Turan du sens ce cette Petite marche contre les violences – physiques, sociales et politiques dont souffrent les femmes d’aujourd’hui. Les marcheuses – et les marcheurs qui les accompagnaient – se sont ensuite mis en route en direction du Ministère des droits des Femmes, en passant à proximité du Ministère de la Santé et des Affaires familiales. Nous voulions par cette marche intervenir au service de la Cité contre toutes les violences, rappelant que si ce sont les femmes les premières victimes de violence, elles n’en sont pas les seules et que les hommes n’en sont pas les seuls auteurs.