Blog

Eco-logie ou la logique de l’oikos

[version courte]

Dans le cadre de notre année consacrée à Femmes et transmission, en 2014, voici la version courte de notre réflexion sur « Femmes, écologie et transmission ».

Télécharger le pdf complet : Réflexion des Antigones – Femmes, écologie et transmission

Consulter la première, la deuxième, la troisième partie de notre réflexion, et/ou nos conclusions

 

Le caractère non-viable de notre système économique étant devenu évident, l’écologie est l’enjeu essentiel de notre temps : comment préserver le monde que nous transmettrons à nos enfants ? Or, cette question ne peut être résolue en ne considérant que les facteurs économiques visibles – elle demande une analyse globale de la crise que nous traversons, proposée ici à partir d’un point de vue de femmes.

Cet article est le résultat d’un travail d’auto-formation mené dans le cadre de notre année 2014 consacrée aux Femmes et à la Transmission que vous pouvez retrouver dans son intégralité ici et ici.

Separator image

Nous ne voulons pas de la performance pour avenir !

Dans le cadre de notre travail sur la transmission par la Terre et l’écologie, notre attention a été attirée par le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, qui repassera bientôt  en seconde lecture à l’Assemblée nationale.

Des points positifs   

Encadrement et transparence

Le texte de loi comporte certains points très positifs : il est notamment question d’encadrer l’utilisation de produits phytosanitaires, et de rendre publiques les conventions entre les entreprises qui fabriquent ou commercialisent les médicaments vétérinaires et les professionnels du monde agricole, y compris les écoles ou les titres de presse.Malheureusement, ce ne sont pas quelques informations isolées – quand bien même elles seraient lues, qui régleront les problèmes sanitaires liés à l’usage de ces produits.

 

Antigones’s Tribune for the Ecosprinter – the magazine of Young European Greens

The Antigones have been asked by the Ecosprinter to write a tribune in their online participative magazine.  This was the occasion for us to explain who we are, what this year’s theme, transmission, means, and how it is related to environmental matters. 

In today’s France it’s a tricky business to talk of women and feminism, as debate is rendered difficult by ideology and its inherent contradictions. International news, from Spain or Eastern Europe, creates tension. The media focus on themes – the right to abortion, parity in the workplace, the sharing of parental leave, the introduction without consultation into schools of what is commonly called « gender studies », on the pretext of combatting sexist stereotypes – that tend to obscure the complexities of the subject. Disagreement and conflict are rife; nobody knows what the real question is, or who truly defend the cause of women today.

There is an urgent need to get away from this political and ideological posturing, to base our reflection on a vision of society as a whole, and to consider calmly men and women. This wider vision, based on the reciprocal complementarity of the sexes that we see in daily experience, is what we want to go into, from the women’s stand point. For women we are, fighting to live out freely a femininity recognised by society. We do not plead for some mathematical equality between supposedly identical individuals.