50 ans de pilules : Messieurs, à vous de jouer !

Le Sénat commémore aujourd’hui en grande pompe le cinquanième anniversaire de la loi Newirth : nous allons désormais pouvoir coller des timbres à l’effigie de tonton Lucien !

Parlons-en d’ailleurs, de ce timbre, parce qu’il nous laisse fort perplexes. On y voit trois
générations de femmes, le visage éclairé d’un doux sourire de gratitude, tournées vers un
Lucien Newirth en costume aux allures de blouse blanche, à la bienveillance toute paternelle.
Pour rappel, c’est à M. Newirth que nous devons le droit d’ingérer quotidiennement les
petites pilules qui réduisent au silence nos corps de femmes, désormais disponibles ad
libitum pour des ébats amoureux sans risque. La libération sexuelle, qu’ils disaient : une
liberté de consommation sexuelle en toute sécurité. Quoique, question sécurité… mais ce
n’est pas le sujet ici.
Une simple question : ne vaut-il pas mieux apprendre à connaître son propre corps,
canaliser son énergie et respecter ses rythmes, pour une sexualité en harmonie avec ce que
nous sommes ? Non parce que, au risque de surprendre, nous sommes notre corps. Our
bodies, our selves, disaient nos aïeules féministes : notre corps ne nous appartient pas ; notre
corps, c’est nous.
Alors nous avons une proposition à faire à nos congénères masculins : et si, plutôt que
de voter des lois autorisant les labos à nous vendre de quoi détraquer nos corps, vous
appreniez plutôt comment fonctionne le vôtre ? La connaissance de soi n’est pas un effort
réservé aux femmes : Messieurs, il y plus à faire pour vous que seulement coller des gommettes – avis aux adeptes de la méthode Billings. Ce n’est pas un scoop : la maîtrise sexuelle masculine est possible, elle est même pratiquée depuis des centaines d’années dans le taoïsme et le
tantrisme, et les techniques en sont parfaitement connues. Seule exigence : de la discipline
personnelle, des efforts communs et de la communication au sein du couple. Mais n’est-ce
pas le prix d’une vraie libération sexuelle ?

3 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 2
    Daunas

    Donc prendre la pilule c’est mal, baiser à sa guise c’est mal, j’imagine qu’avorter c’est encore pire? un bon coup de bite ça vous déboucherait les neurones, ma grand mère n’a pas bataillé pendant des années pour voir un groupe de pseudo féministes hypocrites et ridicules écrire des conneries pareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *