Le Café des Antigones 11 – L’égalité à l’épreuve de la réalité

Les lois qui régissent désormais les rapports hommes – femmes et qui organisent la place réciproque de chaque sexe dans la société prennent pour base et pour objectif l’égalité. Nous avons vu dans une précédente émission comment le principe d’égalité peut être source d’injustices. Comment, alors, assurer à chaque sexe une place juste au sein de la société ? 

Une émission préparée et animée par Iseul Turan et Anne Trewby

Introduction
La position d’Antigones : les inégalités protectrices
00:26 De quelle égalité parle-t-on ?
00:54 La Justice comme premier impératif
01:07 Le principe de l’inégalité protectrice
01:49 Reconnaître la vulnérabilité potentielle des personnesUne priorité : les femmes et la maternité
02:01 Sans maternité, pas de société, pas de continuité
Les violences faites aux femmes
03:05 La sévérité des peines au-delà des inégalités protectrices
05:13 Les conséquences de la loi Taubira
05:45 Critique de la notion de féminicide
06:27 La question de la légitime défense
Les violences médicales
08:01 Des violences avant tout gynécologiques et obstétricales
08:34 Le rapport au corps de la médecine moderne
09:07 Le sexe féminin et l’intimité
09:30 Le ressenti nié comme symptôme
10:13 Accepter de remettre en question du protocole médical
11:36 Refuser la course à la rentabilité
Les femmes retraitées
11:53 A chacun son problème
12:38 La future réforme des retraites et les pensions de reversion
14:01 La maternité et le calcul des retraitesLes foyers monoparentaux
14:33 Vivre avec un seul salaire

Conclusion
15:54 Réalisme et objectivité des mesures légales
16:58 Des inégalités naturelles et une contrainte économique à prendre en compte
17:28 La Justice plutôt que l’égalité

Pour soutenir notre travail par un don financier, rendez-vous sur notre compte Tipeee 

L’émission est libre de droits, sous réserve exclusive de citation, et à condition de n’être ni modifiée ni tronquée.

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Fanny

    Bonjour,

    Concernant la discrimination à l’embauche des femmes, pourquoi ne pas évoquer l’allongement du congé paternité ? Il pourrait être plus long (11jours c’est vraiment peu) ou similaire à celui de la femme.
    Il pourrait également y avoir une revalorisation du congé parental afin que le père-souvent le salaire le plus élevé dans le couple- puisse le prendre en complément.
    Cela ferait moins de différence entre le temps pris pas la femme suite à un accouchement et le temps pris par l homme. Dans beaucoup de pays, les congés maternités, paternités ou parentaux sont plus longs et mieux rémunérés
    Qu’en pensez vous ?

    • 2
      Anne Trewby

      Nous avions évoqué le sujet à plusieurs reprises mais effectivement pas dans un article dédié. Vous avez tout à fait raison, les pères devraient avoir la possibilité d’être dans leur foyer pour accueillir leur nouveau-né et soutenir leur femme pendant une période plus longue que les 11 petits jours actuels. Nous le mentionnons peu car c’est finalement la conséquence logique des mesures que nous proposons. Le problème est que ces congés pèsent sur les entreprises et ce sont les familles et les entreprises qui les paient alors qu’ici c’est la société entière qui est concernée. Toutes les prestations sociales et aides aux entreprises ne sont pas justifiée : celle-là l’est par le simple fait que c’est l’avenir de notre société qui est en jeu. Tant que ces congés pèseront sur les entreprises, étendre le congé des pères ne fera qu’étendre les discriminations à l’embauche à une classe d’âge dans son entier au lieu qu’elles soient concentrées sur les femmes en âge de procréer. Le problème n’est pas d’être un homme ou d’une femme mais de présenter pour l’entreprise un risque financier.

Répondre à Anne Trewby Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *